Aménagement paysager comestible – écomestible | La Reine du Compost
376
single,single-post,postid-376,single-format-standard,post-template,post-template-blog_post_full_width-php,ajax_updown_fade,page_not_loaded,,large,shadow3

BLOG

écomestible en formation avec Elaine Ingham

La Reine du Compost

22 jan 2013, by Jonathan Pineault in Nouvelles de notre entreprise
Voilà bien longtemps qu’écomestible a été actif sur le web et il est maintenant venu le temps de donner de joyeuses nouvelles de notre entreprise. Cela fait maintenant quelques mois que nous avons assisté à une formation avec la Reine du Compost, j’ai nommé Elaine Ingham. Cette formation se déroulait du 12 au 20 octobre 2012 au Rodale Insitute en Pensylvanie.L’institut Rodale est reconnu pour être le premier institut de recherche en agriculture biologique, fondé en 1947 par J.I. Rodale. Il est très reconnu aux États-Unis comme pionnier en agriculture biologique. Elaine Ingham est maintenant la chef scientifique de l’institut. Depuis plus de 30 ans, Elaine scrute la vie du sol au microscope. Elle y a découvert un monde inexploré jusqu’ici. En effet, les dernières recherches sur la biodiversité des microorganismes des sols ont conclu qu’un sol sain abriterait 75 000 espèces de bactéries et 25 000 espèces de champignons. Dans une seule cuillère à thé de sol, il est possible d’avoir plusieurs kilomètres de racines de champignons (hyphes). Il apparait que plus ou moins 1 000 de ces espèces de bactéries ont pu être isolées en laboratoire pour être identifiées. Assurément, au dessus de 95% des espèces de microorganismes du sol sont inconnus pour l’instant. Elaine Ingham - Rodale Institute - thé de compost
Elaine Ingham - Rodale Institute - Tableau Le docteur Elaine Ingham a donc consacré sa vie à la recherche des interactions prédateur-proie à l’intérieur du sol. Avec d’autres scientifiques américains, ils et elles ont découvert que ce sont les microorganisme du sol, les bactéries, les champignons, les protozoaires et les nématodes (pour en nommer quelques uns) qui rendent les minéraux disponibles pour les plantes. La plante contrôle les bactéries et les champignons en leur envoyant des messages (exsudats racinaires) pour combler ses besoins en éléments nutritifs. C’est une relation de symbiose car la plante fournit l’énergie (sucres et acides aminées) aux bactéries et champignons qui eux peuvent stocker les minéraux dans leur corps. Par la suite, les protozoaires, nématodes et autres prédateurs des microorganismes vont les manger. Ce sont les déchets rejetés par les prédateurs qui peuvent être assimilables par les plantes. De plus, ces microorganismes préviennent les maladies de s’installer. On observe les mêmes échanges sur les feuilles. Cette découverte est de grande importance car elle révolutionne notre façon de voir le sol. C’est la vie du sol qui détermine la fertilité de celui-ci, plutôt que les minéraux disponibles. Cela prouve que c’est possible de faire pousser des plantes sans engrais d’aucune sorte, comme la nature l’a toujours si bien fait.
Elaine, par ses recherches, a développé une façon d’analyser et de restaurer la fertilité naturelle des sols. En observant le sol au microscope, nous sommes en mesure de nous assurer de la biodiversité des microorganismes dont la plante se servira pour extraire les minéraux du sol et se protéger des pathogènes. Souvent, en observant le sol, on constate que la microbiologie est déficiente. La plante peut réussir à pousser dans ces conditions, mais elle n’aura pas un équilibre pour prendre tous les minéraux dont elle a besoin à chaque cycle de sa croissance et se protéger des maladies. Fort heureusement, nous pouvons reproduire ces microorganismes en réalisant un bon compost. La clé pour réussir un bon compost est de garder des conditions aérobiques en tout temps. Il est primordial d’observer le compost au microscope pour s’assurer d’éliminer les pathogènes et d’avoir une bonne biodiversité. Par la suite, nous pouvons reproduire ces microorganismes dans l’eau pour en faire un concentré. Nous l’appelons thé de compost activement aéré. On peut appliquer le thé de compost au sol et sur les feuilles pour restaurer la biologie. Par cette technique, le Dr. Elaine Ingham nous permet maintenant de traiter les maladies des plantes, ainsi que de restaurer la fertilité naturelle des sols avec les microorganismes, comme la nature l’a toujours travaillé. écomestible est fier de pouvoir maintenant offrir le service d’analyse de la biologie du sol, ainsi que l’application de thé de compost activement aéré pour le milieux agricole et résidentiel. Elaine Ingham avec écomestible - Rodale Institute
NO COMMENT

Sorry, the comment form is closed at this time.